Poèmes et hymnes à la main :

Les mains d'Elsa

 

Donne-moi tes mains pour l'inquiétude
Donne-moi tes mains dont j'ai tant rêvé
Dont j'ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon pauvre piège
De paume et de peur de hâte et d'émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans mes main à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m'envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D'une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d'inconnu

Donne-moi tes mains que mon cœur s'y forme
S'y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.

 


Vers la main d’André du Bouchet :

‘’J’ignore ce qu’est le monde sans la main – mais la main n’est rien sans le monde’’ 


 
Poème de Philistin Panger

Dans le creux de ma main, de la terre.


Endormi dans l’ombre d’un arbre pour seul habit ses feuilles, le soleil filtré, de marbre est ma peau reflétant son œil. Alors je rêve que ce soleil parle à cet arbre par ces mots ‘’ Tu caches sous toi une merveille étendue là sur le dos’’. Alors je rêve que cet arbre parle au soleil par ce mot en une seule et belle syllabe ‘’ oui ‘’. Et mon rêve fait écho. Puis reviennent d’ennuis au réel mes paupières. J’avais capturé la vie dans le creux de ma main, de la terre.

Léon Tolstoï

Femmes, c’est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde.

 

Accueil

Présentation

Galerie photo

Prix

Contacts

Clin d’œil

Livre d’or

Rouge

Hymnes à la main